Connexion
Cyberpunk: Edgerunners Cyberpunk: Edgerunners mini

Cyberpunk: Edgerunners

Date: 13/09/2022

Statut: Terminée

Saison: Été 2022

Type: Anime

Nombre d'episode : 10

Auteur:

Studio: Trigger

Pays: Japon

Titre alternatif: CYBERPUNK: EDGERUNNERS
9.02 (229 vote)


[b]Il s'agit d'un anime se déroulant dans le même univers que le jeu vidéo Cyberpunk 2077.[/b]

L'histoire nous entraîne dans le quotidien d'un enfant de la rue essayant de survivre dans une ville obsédée par les technologies et les modifications corporelles. Pour rester en vie, il décide de devenir un edgerunner, un mercenaire également connu sous le nom de cyberpunk.

De

Note: 8

6 personnes ont trouvé cette critique utile

Cyberpunk: Edgerunners

Un web anime dont l'histoire nous conduit au cœur de Night City, une ville que certains d'entre vous ont certainement déjà visitée. Cette métropole, est entre autres le lieu central du jeu vidéo Cyberpunk2077, c'est donc de ce jeu que s'inspire le studio Trigger, pour produire dix épisodes d'une qualité certaine.

Un monde futuriste, dystopique, de type cyberpunk, dans lequel la technologie coexiste avec une société humaine dégénérée. Dégénérée ? Peut-être pas totalement, c'est d'abord avec un ado de 17 ans David, et parfois avec ses yeux, que nous allons découvrir les difficultés, les peines, les injustices, le deuil, mais aussi les joies, l'amitié, et qui sait ? l'amour, que ce Night City pourrait avoir à offrir.

Bien qu'il s'agisse d'une histoire originale qui ne se sert comme support que de l'univers d'un jeu vidéo, il n'est pas étonnant donc d'y retrouver un rythme abrupt, spontané, voire brutal. N'oublions pas ce casse-tête que de faire accepter au grand public un monde avec ses lois, ses subtilités, ses incohérences, son contexte, bref son histoire. D'autant plus que l'exercice nous l'impose en dix épisodes. Qu'il s'agisse d'un choix artistique ou non, beaucoup d'éléments du quotidien son esquivés, certains personnages centraux n'ont pas d'introduction et manquent de développement, ce qui crée une sorte d'instantanéité du récit et nous rend le visionnage plus intense, nous emmène droit au but, à savoir, David et les différents liens qu'il tissera au sein d'un milieu ultra violent. Nous laissant par la même occasion, libres de jugement, quant au caractère moral ou non de cette "nouvelle humanité"

Edgerunners, inspiration ou adapation ?

Tout fan, au moins du jeu vidéo Cybepunk2077, devra reconnaître que l'essentiel de ce qui fait le charme de ce monde est plutôt bien retranscrit dans cet animé. En ce qui concerne les décors, une grande majorité d'entre eux sont directement tirés du jeu vidéo, évidemment redessiné pour coller à la DA, et c'est plus ou moins la même chose pour tous les éléments de mise en scène ; ost/musiques réarrangées/tirées du jeu, effets audios, effets visuels, le choix des couleurs, la photographie. En ce qui concerne l'histoire et le lore de Cybepunk2077, les plus puristes risquent d'être légèrement déçus. Beaucoup de questions resteront sans réponse, incitant peut-être les plus curieux, à jouer directement au jeu ? Rassurez-vous, il n'est pas essentiel d'y avoir joué ni d'avoir quelconques connaissances de son univers pour comprendre et apprécier cet animé.

Au-delà de ces petits "défauts", Cyberpunk: Edgerunners existe indépendamment de son inspirateur, nous offre une vision nouvelle, ou du moins singulière, d'un jeu que l'on croyait parfaitement connaître. Mais plus que tout, ce qui nous marquera dans cette série est l'universalité des thèmes abordés. Laissez-vous conduire, ne vous posez pas trop de questions, et pour les plus sensibles, accrochez bien votre ceinture.

Une chose est sûre, si vous avez un cœur, Cyberpunk: Edgerunners ne vous laissera pas indifférent.

De

Note: 8

4 personnes ont trouvé cette critique utile

Cyberpunk Edgerunners:

Séquelle de “Cyberpunk RED” et préquel de “Cyberpunk 2077”, il est un peu comme le Yang de “Ghost in the Shell SAC_2045”. Il aborde le côté agressif et physique de la dureté de la vie et de la décadence capitaliste à l’état brut des gens lambda face aux corporations dans un monde futuriste où le transhumanisme règne.

Intro:
Vraiment sympa, mais déçut de la fin. Trigger qui revient avec un anime un peu hors normes de ce que l'on peut voir d’habitude dans l’animation japonaise. (Normal, licence d’origine américaine et jeu vidéo polonais (donc produit occidental)).

Scénario:
J’ai lu plusieurs commentaires parlant sur le fait qu’il n’y avait pas de scénario ou qu'il était bâclé voire pas assez développé. Je trouve que c’est partiellement vrai. Ce n’est pas qu’il n’y a pas de scénario ou de développement de l’histoire, c’est que pour moi il n’y a aucun but ni de finalité/conclusion concrète.

Au début, je pensais que ça serait une histoire de vengeance de la mort de la mère du héros avec un rajout d’histoire d’amour à l’ep 4 puis plus rien. À partir de l’épisode 5 jusqu’à la fin, c’est juste des contrats de mercenaires indépendant les uns des autres avec quasi plus de fil conducteur qui était déjà très peu présent. Même la mort de sa mère n’a aucun enjeu, c’est juste un élément qui permet au héros de rencontrer ses futurs amis et lui permet d’obtenir sa veste jaune fluo.

L’histoire raconte juste la vie d’un groupe de merc qui vie au jour le jour et rêve tous plus ou moins de marqué l’histoire de Night City, y’a pas de but réel à leur vie, on assiste juste à des moments de celle-ci comme un Slice of Life. Un peu comme nous dans la vraie vie finalement, y’a pas de réels buts en soit à nos vies et on assiste à celle des autres autour de nous.

David n’a aucun objectif dans cette anime, c’est un paumar qui ne sait pas quoi faire de sa vie à part réaliser le rêve de ses amis. Au fur et à mesure des implants, il commence à tomber dans la cyberpsycho jusqu’à en oublier qui il était, persuadé qu’il est différent des autres alors que justement, il devient de plus en plus comme les autres paumars qu’il tue. Une personne rongée par la décadence de Night City à toujours vouloir aller plus loin.
La mort de sa mère ou de ses amis ne le préoccupe même plus et oublie carrément que c’était le rêve de Lucy d’aller sur la Lune quand il voit avec elle les tarifs à la télé alors qu’il lui avait promis de l’aider à y aller. Il est persuadé d’être le héros et d'avoir le contrôle sur la situation alors qu’il ne fait que subir ce qui se passe par les corporations et les plus gros poissons que lui.

Pour la fin en elle-même, j’aurais préféré une happy end. Ou sinon quitte à faire mourir tout le monde ça aurait était pas mal de voir Lucy enlever son casque sur la lune à la toute fin parce qu'elle n’a plus aucun but maintenant elle aussi. Juste pour rajouter encore plus de drama et pour montrer la fatalité de jouer avec Night City, parce qu'au final Night City gagne toujours. En laissant Lucy en vie à la fin, je me suis dit après l’épisode final. Et ? Du coup ils sont tous mort y reste te plus que Lucy la dépressive sur la Lune et maintenant ? Comme je l’ai dit pour moi c’est pas que y’a pas de scénario mais, pas de conclusion.

Pour les points négatifs, sachant que c’était l’histoire ou se trouvait le plus de faiblesses, ils ont voulu trop compenser sur les autres points pour attirer du monde et montrer que c’était bien trash et décadent comme le jeu.

- Le gore, il y’en a uniquement juste pour en mettre, enlevez toutes les scènes gores y’a absolument aucun changement à l’histoire.

- La violence, il y’a vraiment beaucoup trop de combats qui ne servent à rien, ou rallongé pour ajouter du temps d'écran. Il n'y avait déjà pas assez de contenu pour faire 12ep alors si on enlève l’excédent de baston inutile, on passerait de 10 à 8 ep facile.

- Le sexe, l’hypersexualisation des femmes est une spécialité chez Trigger, mais hormis genre 4s lors du 1er ep y’a pas grand-chose, si ce n’est surtout un peu trop de plans à rallonge sur des meufs à poil. Bon pour le reste y’a absolument rien de trash et heureusement. Pas très fan des viols et autres machins hardcore dans les animes ou en général, ils ont bien fait de laisser ça aux hentais pour ce coup-là.
Mais les plans fixes et les zooms sur les meufs intégralement nue sans censure pour faire genre que c’est mature et se démarquer des autres animés alors que c’est juste du pute à clique de Netflix pour attirer du public en manque de dopamine ça va 5 min. (L'excuse qu’ils ont trouvée pour mettre Lucy à poils, c’est qu'elle n'aime pas les combis adaptés de netrunner pour plonger dans le web… Pour kiwi, c'est même pas justifié.).

Sinon, le perso devient beaucoup trop fort dès l’ep 3 et il le devient de plus en plus, en devenant un énorme tank vers l’ep 6 et avec l’apogée à la fin de l’ep 9. Après ça fait partie de l'identité de Trigger de faire un combat final avec des gros mécha surpuissant, mais pour le coup, je ne suis pas très fan de ça, je préfère largement son design de mec banal du début.

Et hormis David et Lucy, c’est vrai que ça manque cruellement de développement des persos secondaires.


Musiques:
Les musiques sont sympas, bien évidemment dans un style majoritairement Synthwave assez prononcé dans les graves ce qui colle bien avec les thèmes dramatiques et l’ambiance des personnages et de la ville (et bien évidemment au genre cyberpunk), même s'il a aussi du rap, de la pop, de la house et du hard rock qui sont également des styles très en lien avec le milieu urbain qui est quasi constamment présent dans l’anime. Les musique son toujours dans la continuité de celle choisi pour le jeu, donc pour les joueurs, c’est un prolongement de l’expérience sonore du jeu.

Les musiques qui m’ont le plus marqué et qui s’accorde le mieux à l’anime pour moi sont:

- “I Really Want To Say At Your House” de Rosa walton, musique déjà présente dans le jeu, les paroles marchent avec le scénario du jeu et de l’anime.

- “Let You Down” de Dawid Podsiadło, musique de l’ending et thème officiel de l’anime. (Qui a pour directeur artistique sur le clip officiel Ilya Kuvshinov, mon illustrateur préféré qui s'est fait récemment connaitre encore plus grâce à son travail sur “Ghost in The shell SAC_2045”, autre pilier du cyberpunk).

- “Little Stranger” toujours de Dawid Podsiadło

Toute, ces musiques parlent de solitude, de dépression, de doute sur soi menant à de la remise en question et d’amour perdu, ce qui colle parfaitement à l’anime.

Ça retransmet bien l’ambiance désespéré et nihiliste des persos et résume bien la relation entre Lucy et David. (Peut-être une coïncidence, mais le personnage principal a le même nom que le chanteur choisit pour faire le thème principal de l’anime et la musique qui sert à illustrer la relation des deux personnages principaux.)

Grosse déception par contre sur le fait qu’il n’y est pas une cover de “Fly me to the moon”.

Parce qu’en plus d’être ma musique préférée, ça renvoi directement à la relation des personnages principaux du fait que David par amour pour Lucy veut l’aider et l’accompagner dans son rêve d’aller sur la lune. (Fly me to the moon veut littéralement dire emmène-moi sur la lune en plus d’être l’une des déclarations d’amour musical les plus connus).


Doublage:
Très bon cast de VO comme quasi tout bon anime qui se respecte par contre la VF... Je trouve que les voix ne collent pas aux personnages notamment David et Lucy leurs doubleurs sont très bon, mais clairement, ce n’est pas eux que j’aurais pris. Et j’ai l'impression que le doublage a était fait à l’arrache, y’a une sorte de micro décalage entre l’image et les dialogues en plus d’une non-synchronisation labiale.


Réalisation:
Très belle réal colorimétrique avec la fameuse pâte graphique de Trigger. J’aime aussi beaucoup l’ambiance et les décors, c’est vraiment un copié du jeu, mais en plus dynamique et flashy (j’ai trouvé le jeu très terne globalement, à part le quartier de Japan Town de nuit.) Les designs des persos sont pas mal surtout les meufs qui ont toutes un style différent et atypique tout en restant attirant (aux vues du nombre de fan arts sur Twitter, malheureusement pour moi, c’est visiblement Rebecca la loli qui gagne la guerre des waifu face à Lucy). Pour David, un peu déçut, il ressemble à celui du jeu, mais en plus jeune surtout avec sa veste directement calquée du jeu à part la couleur, en plus d’habiter dans le même appartement, c’est pour ça qu’au début, je pensais que c’était lui, mais dans une autre timeline de l’univers de la licence. Un peu dommage que la région des badlands ne soit quasi pas exploité même si c’est vrai qu'un désert par définition, c’est vide, donc difficile de faire des trucs autres que des scènes de bastons.

Les moments sur la lune sont vraiment chouettes aussi. C'est assez original comme scènes, et j’ai pas l’habitude de voir dans un anime d’action des mecs juste profiter du calme et s’amuser dans des lieux improbables comme ça. C’est en parfaite opposition avec le chaos de Night City. Artistiquement le fond aussi, que ça soit le sol lunaire ou la Terre, c’est l’inverse du style simpliste de Trigger, y’a un aspect très réaliste ça contraste bien avec les designs des persos.

La scène à la fin de l’épisode 4 où Lucy embrasse David et sans aucun doute une des plus belles scènes que j’ai vue dans l’animation japonaise et fait écho avec leurs dernières scènes ensemble.

L’opening j’ai pas du tout aimé, ça fait très cowboy bebop dans le style et ça match pas trop pour moi, même si les thèmes de mercenaires dans des villes crades et décadentes restent les mêmes, l’ambiance lui est différents.

Derniers points, y’a vraiment énormément de réf au jeu dans chaque ep et ça aussi ça fait plaisir de voir qu'il a vraiment eu de l’attention aux détails apportés pour les joueurs.


Conclusion:
L’ambiance et l’anime en lui-même est vraiment cool, même si la fin ne me convient pas ça reste une bonne expérience qui m’a marqué. Ça faisait longtemps que j’avais pas passé un bon moment devant un anime. Du coup, c’est un bon 8/10.

Ps: n’empêche déjà que la Californie ça craint en 2022, mais alors en 2077 dans Cyberpunk...

De

Note: 9

1 personnes ont trouvé cette critique utile

Ça va faire longtemps que je n'ai pas fais de critique. Haha... enfin, nous y revoilà.

J'ai pris beaucoup de temps à me lancer sur cette anime, même si on m'en disais beaucoup de bien et qu'il me faisait vachement envie. Et je n'ai pas été déçue.

NOTE : Pour ceux qui auraient peur de se spoiler ou de ne rien comprendre parce qu'ils n'ont pas jouer au jeu, rassurez-vous. L'anime se déroule avant le jeu et moi-même qui n'y ai pas joué a pu comprendre l'histoire et l'essentiel de cette univers. Ce qui est un bon point pour l'anime d'ailleurs.

Graphiquement c'est excellent. Le style est beau, l'animation est plaisante à regarder et l'ambiance générale de l'anime rappelle assez bien l'univers du jeu tout en retrouvant le style des studio Trigger. Toujours un immense plaisir ce studio.
Même chose pour les OST. Elle suivent parfaitement l'action et se rapprochent des musiques du jeu.
Le fanservice (et le mot est pauvre) occupe une grande place dans l'anime. Et comme dans l'esprit du jeu : parfois il est appréciable, parfois il est dérangeant. Dans tout les cas, il colle parfaitement à l'esprit de NightCity.
L'histoire est absolument excellent et me rappelle beaucoup le schéma que suit Akame ga Kill. Le scénario est prenant et le suspense devient de plus en plus pesant au fur et au mesure que la trame progresse. C'est prenant et fait faire les montagnes russes à vos sentiments.
Les personnages sont étrangement attachants. Ils trempent tous dans le manège sordide de NightCity (Tuer ou être tué pour résumer rapidement) mais leur caractère font contrastes avec cette univers si déshumanisé. Leurs sentiments, leurs ambitions, leurs histoires, leurs relations et leurs façon d'être à chacun face à la violence et l'indifférence de la ville et de ses principes. C'est touchant au point que ça fait mal parfois. (Et puis Rebecca est ultra cute... à sa manière... étrangement).
La fin, sans trop en dire, est tout à fait incroyable. Le combat finale est dément et prenant jusqu'au grand final. C'est vraiment dure à regarder cependant mais c'est aussi ce qui fait de cette anime une réussite.


Au niveau des défauts, je n'en n'ai pas vue de notables... si ce n'est que l'anime est vachement court (10 épisodes) mais montre ce qu'il faut montrer pour être une bonne œuvre.
Aussi, la façon à Netflix de publier les épisodes fait un peu tâche. La totalité de l'anime est sortie d'un seul coup annihilant la hype pour l'anime sur le long terme. J'ai entendue parler de l'anime partout pendant une semaine avant qu'il ne disparaisse complètement des radars ; c'est dommage car c'est cette hype qui créer une fanbase solide et interagissant avec l'œuvre (fanart, discussion, ect...).
Ce n'est pas le première fois que Netflix publie des animes (Beastar, BNA,...) alors c'est étrange et dommage de leur part.


Enfin, c'était tout bonnement excellent. Ça faisait longtemps qu'un anime ne m'avait pas fait sentir comme ça : heureux, empathique, vide... satisfait et impuissant. C'était un réel plaisir de le regarder.

9/10
Vous ne regretterais de vous plonger dans l'anime... c'est NightCity qui va vous faire regretter de plonger dans son monde ;).

De

Note: 8

1 personnes ont trouvé cette critique utile

J'aime pas Cyberpunk 2077. Enfin, je me suis arrêté à la vidéo de jdg, ça a l'air terriblement soporifique. En plus j'aime ni les piercings, ni les rues qui sentent la pisse, ni les cyborgs.
J'aime pas non plus Netlfix. Leur catalogue (anime) est terriblement pauvre, et redondant. Puis quand on me dit "une production Netflix", je pense à Kujira no Kora wa Sajou ni Utau et ça n'est pas une bonne nouvelle.

Pourtant Cyberpunk: Edgerunners est géniale. Preuve encore une fois qu'un anime ne doit rien ni à ces producteurs, ni à ce qu'il adapte. Et c'est pour ça que mentionner le rapport avec le jeu ou le studio d'animation est à peu près aussi inutile que de préciser la carte graphique de la render farm du studio Orange.
Le rapport entre un anime et sa source est le même qu'entrent deux séries de la même franchise. Par exemple Fate/Saty Night, c'est nul; Fate/Stay Night Unlimited Bladeswork, c'est sympa (non je ne développe pas ici). Ou encore, Luck&Logi, c'est la mort du fun; Hina Logi: from Luck&Logi, c'est l'éclate. Ça marche aussi avec les différents Yu-Gi-Oh!, ou les Gundams.
Donc, maintenant que j'ai expliqué pourquoi je ne réciterai pas la page wikipedia de cet Edgerunners, je vais en parler.

La première chose qui frappe, c'est qu'on n'a pas une histoire qui se déroule à un endroit, mais un lieu dans lequel il y a une histoire. Par exemple Code Geass, ça se déroule dans un monde sf, mais l'histoire ne nécessite pas ce cadre. On peut refaire l'histoire par exemple dans un univers heroic fantasy. Mais ici, la nature de Night City s'impose sur les événements qui s'y déroulent. La ville est décrite comme une prison, sale, cynique, violente, et qui piège les habitants dans sa fatalité. Et l'histoire raconte 3 morts gratuites (cynique), des combats non-stop (violent), de la vulgarité et des mecs qui se font charcuté pour mettre leur implant (sale), et un protagoniste qui meurt de son premier défaut (fatalisme). Et la seule qui s'échappe de la ville se retrouve sans rien, au milieu de nulle part; elle n'est plus physiquement dans la ville, mais n'a pas échappé à son emprise.
Et c'est comme ça que le décor sors de son rôle de support pour directement structurer la narration. C'est là qu'on se rend compte de la justesse du visuel. La couleur, l'état des lieux, la lumière; les scènes se déroulent toujours dans des lieux qui transpirent ce qui s'y passe. L'anime à la narration de son esthétique, la seule qualité propre à son média (et donc la seule qui compte).

Petit écart sur le scénario qui fait grincer des dents. En fait, pas mal de gens semblent ne pas avoir compris qu'il s'agissait d'une tragédie, au sens strict. C'est-à-dire que l'épisode 1 nous dis que le protagoniste mourra comme la merde que son statut social lui impose d'être. L'épisode 2 (ou 3) nous prévient que s'il continue à s'entêter, il va mourir comme un con. Et il meurt. Il meurt de son défaut (vouloir réaliser les attentes des autres), et concrètement, il n'a été qu'un petit chef de gang. Plutôt doué mais qui n'a été en activité que quelque temps, et n'a rien fait de notable.
Les deux avertissements qu'on lui a faits se font fatalement réalisés, sans que ses efforts servent à quoi que ce soit. Une tragédie.

Enfin, parlons du glaçage délicieusement sucré. La bagarre. La violence des affrontements est tout bonnement savoureuse. Déjà il y a les chorégraphies qui sont correctement spatialisées. Les personnages ne se téléportent pas au pif, et les distances ne varient pas aléatoirement le temps de faire de l'audiodescription. En plus elles ne sont pas dénuées de logiques. Il y a certes quelques syndromes de "la pluie de balles comme fond d'écran", mais les belligérants cherchent la couverture et se font flinguer rapidement. Cette dimension rajoute de la tension aux affrontements, souvent chaotiques et surtout bourrine.
Bourrine c'est peut dire. C'est toujours un plaisir de voir les corps exploser en gerbe sanglante, avec un sens macabre du détail. Et pour en rajouter, les coups les plus décisifs sont montrés 3 fois. Un plan rapproché, un plan américain/italien, un plan large. Cette répétition revient sur le cynisme dont je parlais. La première fois c'est une surprise, la deuxième fois on comprend ce qu'il se passe, la troisième c'est juste de la violence gratuite. En plus l'audio est aussi répété, c'est un détail mais ça renforce l'effet que d'entendre un personnage se faire interrompre 3 fois.

Enfin voilà. Cyberpunk: Edgerunners est un pur plaisir. 10 épisodes de tensions, de glauque, et de drama. Je ne les ai pas mentionnées, mais l'anime est entrecoupé de scène plus tendre, plus intime. Des moments de douceurs qui nous font croire que le monde n'est pas si moche que ça. Mais en vrai, la vie est une pute.
Et c'est parce que l'anime ose le dire, et qu'il est jouissif de l'écouter avoir des propos aussi pessimiste, qu'il est génial.

Série Aléatoire

Youkoso Jitsuryoku Shijou Shugi no Kyoushitsu e

Youkoso Jitsuryoku Shijou Shugi no Kyoushitsu e

You Jitsu / Classroom of the Elite / ようこそ実力至上主義の教室へ

Le prestigieux lycée Koudo Ikusei est à la pointe de la technologie ou presque 100% des élèves passent ensuite à l’université ou trouvent un travail. Les élèves y ont une large liberté mais la vérité...

Actualités

Nouvelle bande annonce pour le film Super Mario Bros

Fenrir 6 💬

Une 2ème vidéo promotionnelle pour la 4ème saison de Bungou Stray Dogs

Fenrir 3 💬

L'anime Yuusha ga Shinda !, en PV

TheAnimeOtaku 10 💬

L’anime The Idolmaster - Cinderella Girls : U149, en Trailer

TheAnimeOtaku 4 💬

L'anime Tomo-chan wa Onnanoko !, en Trailer

TheAnimeOtaku 3 💬

L'anime World Dai Star annoncé pour le printemps 2023

Fenrir 3 💬

La connexion entre Discord et Crunchyroll disponible !

TheAnimeOtaku 22 💬

L'anime Ars no Kyojuu, daté

TheAnimeOtaku 5 💬

L'anime Kaminaki Sekai no Kamisama Katsudou, daté

TheAnimeOtaku 8 💬

L’anime Tengoku Daimakyou, en Teaser

TheAnimeOtaku 6 💬

L'anime Pole Princess!!, annoncé

TheAnimeOtaku 5 💬

Septième character visuel et PV pour Spy Kyoushitsu

Fenrir 4 💬

Une date pour l'anime Revenger

Fenrir 3 💬

Une 2ème pv pour la saison 2 de Ijiranaide, Nagatoro-san

Fenrir 6 💬

Une 1ère pv pour la saison 2 de Masamune-kun no Revenge

Fenrir 11 💬

Une pv pour la saison 2 de Isekai wa Smartphone to Tomo ni.

Fenrir 26 💬

Une première pv et un nouveau visuel pour la saison 2 de Tsurune

Fenrir 2 💬

L’anime Shinka no Mi Saison 2, en Promotion Vidéo

Fenrir 16 💬

L'anime Ooyukiumi No Kaina, en Trailer 2

TheAnimeOtaku 4 💬

L’anime Ayakashi Triangle, en Promotion Vidéo

Fenrir 16 💬

Premier trailer pour le film d'animation de Kaguya-sama

Fenrir 5 💬

La saison 2 de Tonikaku Kawaii daté pour 2023

Fenrir 6 💬

Le film animation Gridman Universe, en Teaser Vidéo

Fenrir 12 💬

L’anime High Card, en Promotion Vidéo

Fenrir 1 💬

1ère partie du film The Seven Deadly Sins: Grudge of Edinburgh daté

Fenrir 25 💬

Une première vidéo promotionnelle pour Buddy Daddies

Fenrir 2 💬

L'anime Bullbuster annoncé

Fenrir 2 💬

Nouveau visuel et pv pour Ragna Crimson

Fenrir 6 💬

Sixième character visuel et PV pour Spy Kyoushitsu

Fenrir 4 💬

Une pv et un visuel pour Kaiko Sareta Ankoku Heishi

Fenrir 4 💬
plus d'actualité
Tchat RP Conseil d'anime tous les tchat

Top Ajouteurs

  • 167621Anime
  • 126538MxMxM
  • 102711Kurumi
  • 75105nicksam274
  • 63700ShiryuTetsu
  • 55890Fenrir
  • 30574hickoman
  • 25690MrNeko
  • 19609darking42
  • 16690Xemn